Le Club

Le Club

Plus de quarante ans de judo à RIXHEIM

C’est à l’initiative du président du Cercle Saint-Léger, M. Balestreri, qu’a été créée en 1969 une section de Judo à Rixheim, celle-ci s’ajoutant aux sections de basket-ball et de tennis de table déjà existantes. Pierre Reinhart, actif au comité du CSSL, consulta M. Gérard Guthmann, responsable du club de Judo à ENSISHEIM, qui lui proposa de faire appel à M. Pierre Schmitt pour assurer l’enseignement. 

Au mois de Janvier 1970 débutèrent les cours dans la grande salle du Cercle, rue du Général Leclerc, sous l’autorité de Pierre Schmitt; le premier cours réunit une vingtaine de débutants sur le tatami. La nouvelle section était présidée par Albert Mandry, Gérard Wetzel était secrétaire et Pierre Reinhart, trésorier. 

Il est à souligner que cette démarche a été soutenue et encouragée par le regretté Jean Muller, secrétaire du Cercle Saint-Léger en 1969 et Président en 1970. 

Au mois de Juillet de cette année 1970, la section organisa un stage avec Maître Igor Correa-Luna, expert à la Fédération Nationale de Judo Traditionnel. 

En Novembre 1970, Jean-Paul Girolt rejoignit la section et démarra un cours pour les jeunes. Parmi ces jeunes figurait déjà, âgé de dix ans, Thierry Wenzinger, aujourd’hui ceinture noire 4ème dan, l’actuel directeur technique. 

Un stage avec Maître Michigami fut organisé en 1973, au Gymnase Saint-Jean. Maitre Michigami, ceinture noire 9ème dan, était arrivé en France en 1953 pour y développer le Judo à la demande de M. Bonnet-Mory, Président de la Fédération Française de Judo. 

Pour des raisons d’agencement le dojo fut transféré dans la salle du chalet de l’éducation nationale situé dans la cour interne de l’école maternelle du centre-ville, en décembre 1975. Pierre Schmitt, éducateur émérite au caractère bien trempé (voire rebelle), crée en 1976 sa propre fédération « FIBZ » – Fédération internationale de Budo et Zen, cela à la suite de la fusion des deux fédérations nationales (FNJT et FFJDA) 

Dès 1976, André Reinhart a satisfait aux critères édictés par son professeur et obtenu la ceinture noire premier degré, suivi dans le début des années 1980 par plusieurs élèves. 

Sous les directives de Pierre Schmitt, le club se diversifia et fut créée une section de Ju jitsu. Les adeptes furent nombreux lors de son démarrage en octobre 1979. 

En octobre 1981, nouveau changement d’adresse et emménagement dans une salle désaffectée de l’école des filles,. 

Au courant de cette année il fut décidé de remplacer la dénomination « section de judo » en « Arts Martiaux ». Cette dénomination est amplement justifiée car une section de Karaté sous la responsabilité de M. Salemi démarre en octobre 1982, suivie d’une section d’Aïkido en septembre 1984, dirigée par Jean Marie Bader. 

Conscients des différences qui les séparent des clubs voisins dûment affiliés à la FFJDA, Gérardine Reinhart et Thierry Wenzinger prennent contact avec la fédération dépositaire de l’agrément ministériel. C’est le conseiller technique, Guy Guillocheau qui les a reçus et facilement convaincus de s’affilier à la FFJDA. 

Le local étant trop exigu les Arts Martiaux s’installent au Dojo, rue Zuber au-dessus de la caserne des pompiers en 1987. 

Ce changement correspondant aussi à la prise en mains du club par un nouveau responsable technique, Jean-Paul Hoppe, ancien élève de M. Pierre Schmitt et Directeur Technique de l’ACL ZIMMERSHEIM. Associé à Thierry Wenzinger, il va former 25 ceintures noires, sept 2ème dan et deux 3ème dan avant de passer le témoin en 2008 à ce dernier. 

Depuis 1986 cinq judokas se sont succédés à la présidence du club et l’ont fait grandir, Claude Gerst, le regretté Bruno Sitter, Guillaume Moissonnier, Martin Wolf et depuis novembre 2011 Alain Brender. 

D’ailleurs, notre dojo, trop petit pour accueillir des rencontres ou des compétitions, est désormais remplacé par un dojo normalisé qui trouve sa place dans la Cité des Sports rue Vaclav Havel. La Voie de la Souplesse s’exerce donc dans le quartier d’Ile Napoléon où l’entraide et la prospérité prennent tout leur sens.